4 conseils pour sauver une vie

Une fois n’est pas coutume, nous ne parlerons pas de votre survie, mais à celle d’autrui. Nous allons en effet partager avec vous 4 techniques de secourisme qui peuvent vous permettre de sauver la vie de personnes victimes d’accidents ou de malaises. Pourquoi ce grand écart vous demandez-vous ? Et bien tout simplement parcequ’en tant qu’être humain, vous n’êtes pas imperméable à votre environnement. Un accident qui se déroule sous vos yeux, sans que vous ne puissiez intervenir peut avoir des répercussions psychologiques fortes et même provoquer un traumatisme. Pour éviter cela, vous devez savoir garder la tête froide et agir avant qu’il ne soit trop tard. Sauver une vie vous vaudra non seulement la gratitude éternelle de la personne concernée, mais apaisera votre conscience de tous doutes quant à votre bonté et à vos capacités de réaction en cas d’urgence. Voici donc les indispensables techniques de secourisme.

1) Le positionnement d’une victime inconsciente

Une victime d’un accident ou d’une agression qui gît inconsciente sur le bitume ne peut rester dans sa position initiale en ce que ces poumons pourraient de se remplir de liquide et ainsi provoquer la suffocation suivie de la mort. Voici comment déplacer le corps afin de limiter ce risque.

  • En premier lieu, il vous faut favoriser la respiration de la victime. Déboutonnez tout objet pouvant donc l’obstruer (ceinture, premier bouton du col d’une chemise ou de pantalon, cravate…). Votre but est de positionner la victime sur le côté. Pour ce faire, vous devrez déplacer son bras du côté où vous comptez la faire basculer (en le plaçant de manière à former un angle à 90 degrés avec son corps, la main vers le haut, le bras est donc plié). La seconde main de la victime devra être placée sur son oreille opposée et servira de repose-tête.
  • Pour faire basculer le corps de la victime, vous devrez plier son genou (celui qui se trouve à l’opposé du sens de la bascule). Collez ensuite votre main sur celle de la victime pour limiter l’effort requis par ses cervicales et utilisez son genou pour faire levier tout en prenant appui sur le creux de ce dernier avec votre main libre.
  • Une fois cette manœuvre effectuée, vous pourrez allonger la jambe pliée de la victime, dégager votre main qui est maintenant sous son visage et lui ouvrir la bouche afin de lui permettre de mieux respirer
  • Quelques exceptions et détails importants : si la victime porte un casque de moto ne retirez pas ce dernier. Si elle est à plat ventre, ne la touchez pas. Enfin si la victime est une femme enceinte, allongée là sur le côté gauche afin de ne pas nuire à l’enfant.

2) Les premiers secours : le massage cardiaque

Bien que ce dernier doit être appris au cours d’une formation spéciale (et gratuite) l’importance de cette action vous pousse à l’effectuer même sans connaissances approfondies. Elle s’effectue sur des personnes qui ne respirent plus, le timing et la réactivité sont donc cruciaux. Ne vous souciez pas des conséquences, vous ne pouvez pas aggraver la situation. Si mal exécuté, son effet sera simplement inutile.

Agenouillez-vous près de la victime et placez vos mains (l’une sur l’autre) au milieu du sternum (entre le cou et l’endroit où les côtes se rejoignent). Poussez vos mains rapidement, avec les bras tendus tout en laissant le thorax se regonfler entièrement entre chaque pression. Alternez avec un bouche-à-bouche toutes les 30 pressions environ (attention cependant le passage du massage au bouche-à-bouche doit se faire le plus rapidement possible pour ne pas perdre en efficacité).

3) Le garrot

Le garrot a pour but de limiter l’importance d’une hémorragie lors de l’apparition de plaies ouvertes ou de fractures.

  • La compression : comme expliqué dans un précédent article, il est important de posséder une trousse de premiers soins accessible en cas d’urgence. Prenez des compresses, un mouchoir ou un morceau de tissu afin de faire office de bloquant (des pansements antihémorragiques seraient cependant la meilleure solution) et appliquez les sur la plaie.
  • Recouvrez cette première couche d’un bandage (ou cravate, foulard, manche de pull…) en veillant à faire plusieurs tours pour assurer la stabilité du garrot. Si ce dernier doit en effet compresser la plaie, il ne doit cependant pas être trop serré. Si le sang continue de couler à travers le premier pansement, recouvrez-le simplement d’un autre pansement. S’il n’y a pas de fracture, essayez aussi de surélever la plaie

4) Les manœuvres anti-etouffement

Si une personne suffoque du fait de l’ingurgitation d’un corps étranger (noyau de fruit, morceau de nourriture…) votre but est de libérer les voies respiratoires ainsi obstruées. Placez-vous alors derrière la victime, fléchissez les jambes et passez vos bras sous ceux de l’individu en danger. Placez ensuite votre poing fermé au niveau du nombril et votre main libre de façon à recouvrir votre poing.

Enfoncez sèchement votre poing sous la pointe du sternum, en effectuant un mouvement vers le haut, ce qui devrait aider la victime à recracher l’objet en question.

En maitrisant ces simples gestes, vous pourrez sauver des vies. N’hésitez pas à les apprendre à vos proches, amis et collègues de bureau afin que si quelque chose vous arrive, on puisse vous venir en aide rapidement. De simples notions de sauvetage vous permettent aussi de relativiser l’importance de toute situation dangereuse en ce que vous connaissez les mesures d’urgence à appliquer.

, ,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Conseils en self-défense, sécurité personnelle et survie urbaine.