Les MMA, une discipline de combat mixte en pleine explosion

Vous êtes sans doute un jour tombé, en zappant sur les chaînes câblées, sur un gala de l’UFC (Ultimate Fighting Championship). Mais si, vous savez, deux types en short qui se battent dans une cage… Et bien chers lecteurs, ce sport basé sur les MMA (mixed martiales arts) n’est ni plus ni moins que le descendant direct du fameux Free-fight. Véritable phénomène de mode au États-Unis, au Canada, au Japon et au Brésil, l’UFC pourrait même débarquer prochainement en France.

Les MMA reposent, comme leur nom l’indique, sur un mélange de différents arts martiaux répondant à la nécessité de maîtriser les 3 phases les plus importantes du combat moderne : le standing (boxe, boxe thaï, karaté…), le combat au sol (JJB, lutte gréco-romaine) et le combat rapproché ou « accroché » (clinch en Anglais). La question qui se pose alors est de savoir si la pratique d’une telle discipline peut vous apporter des réponses concrètes en cas d’agression dans votre environnement.

1) Une pluridisciplinarité au service des pratiquants

Le principe de base de l’UFC était au départ d’organiser des combats entre des spécialistes de différents arts martiaux. On pouvait alors voir des boxeurs affronter des karatékas ou des lutteurs s’opposer à des adeptes du Muay Thaï  par exemple. Chacune des disciplines ayant des avantages non négligeables, les combattants ont rapidement compris la nécessité d’en maîtriser plusieurs afin de pouvoir réagir face à n’importe quel type d’adversaire.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les MMA ne sont pas plus dangereuses à pratiquer que les autres arts martiaux. En effet, les vastes panoplies de coups et techniques de soumission permettent d’augmenter le nombre  des zones d’impacts, ce qui n’est pas le cas de la boxe par exemple, qui se concentre sur la boîte crânienne.

Si les MMA requièrent une véritable implication personnelle (puisqu’il vous faudra apprendre différentes techniques de différents arts martiaux), elles ne sont pas pour autant inabordables. Votre premier réflexe doit alors être de choisir votre camp d’entraînement (ou club) selon les caractéristiques des disciplines qu’il enseigne.

Une grande partie de votre apprentissage se basera sur votre capacité à encaisser les coups et à profiter de la moindre ouverture dans la défense de votre adversaire pour le neutraliser (aussi bien par un assaut que par une immobilisation). Voilà de quoi vous familiariser à la violence et apprendre à réagir dans n’importe quelle situation.

2) Ce que les MMA vous permettent d’appréhender

Outre la brutalité de l’affrontement, la résistance physique et le fait de savoir gérer l’effort, la pratique des MMA vous permettra d’utiliser chacune des parties de votre corps comme une arme. Vous apprendrez automatiquement à utiliser vos poings et vos pieds, mais aussi vos genoux ou vos coudes et à viser les zones sensibles de votre adversaire : côtes, tempes, menton, plexus, cuisses… selon votre objectif (le ralentir, le mettre à terre, le mettre KO).

Dans le même temps, et toujours selon la spécialité choisie, vous entrerez en contact avec les méthodes de projection (balayage, « takedowns »…) et de déséquilibrement de votre adversaire, afin de l’immobiliser au sol et de mettre un terme à l’affrontement. Là encore, voici une manœuvre qui pourra s’avérer utile en cas de violence urbaine.

Enfin, grâce au JJB (principale discipline en ce qui concerne le combat au sol), vous pourrez maîtriser tout un panel de clés et de mouvements vous permettant de limiter la mobilité de votre adversaire et au final de le contrôler sous risque de lui casser un membre.

3) Une portée à relativiser

Ce que vous pouvez voir à la télévision et ce qui peut se passer lors d’un combat de rue sont deux choses bien différentes. Une fois dans l’octogone les combattants respectent un code et des règles dictées par un arbitre, ce qui ne sera évidemment pas votre cas. Les fish hooks et autres coups aux parties génitales ne seront alors pas à oublier, car pourront vous sortir de situations critiques.

Si la transcription des MMA lors d’un réel affrontement semble difficile (vous ne pouvez pas vous aider de la cage ou effectuer les mêmes mouvements de projection que sur un tapis prévu à cet effet), l’approche de la violence et la psychologie du combat vous seront en revanche très utiles.

Comme lors de vos séances d’entraînement vous savez que vous pouvez vous attendre à tout et que vous pourrez réagir en conséquence, puisque capable de dominer l’affrontement quelle que soit la distance ou la position de votre agresseur. De quoi vous placer dans les meilleures dispositions psychologiques et garder votre calme face à un assaillant.

Les MMA représentent donc un avantage non négligeable face aux autres arts martiaux en ce qu’elles reposent sur des combinaisons de coups et de prises issues de différentes disciplines. Elles vous permettront d’anticiper les mouvements  de votre adversaire et de ne plus redouter l’affrontement. Les MMA sont sans doute celles qui vous donnent le plus gros avantage psychologique en matière d’ « esprit du combattant ». À vous de voir si vous avez le temps et l’envie de vous y consacrer.

3 réponses à Les MMA, une discipline de combat mixte en pleine explosion

  1. hakim 17 juin 2013 à 23:38 #

    salut
    je voulais savoir si l’aïkido est efficace dans les combats de rue pour se défendre ?

    beaucoup de personne parle sur Krav-Maga!!?

    merci

    • Alex 20 août 2013 à 09:13 #

      Salut Hakim,

      Il vaut mieux se pencher sur une approche réaliste de la défense à savoir le Krav Maga, le SDS ou le JJB pour les combats qui finissent au sol.

      Alex

  2. Nico 10 août 2015 à 08:45 #

    Il me semble important de dire que s’il est intéressant de projeter son agresseur au sol,il faut éviter d’y finir soi-même car d’une part,les chutes sur du ciment ou du macadam sont bien plus contendantes que sur un tatami ou un ring mais que surtout votre agresseur peut être accompagné et son complice peut vous blesser.

Laisser un commentaire

Conseils en self-défense, sécurité personnelle et survie urbaine.