Comment éviter d’être la proie des pickpockets ?

Les beaux jours approchants, les plus grandes agglomérations françaises se remplissent peu à peu de touristes et les activités en plein air se développent. Il n’en faut pas beaucoup plus pour noter une nette augmentation des vols d’objets personnels par des pickpockets à cette période de l’année. Si l’article du jour ne parle pas de violence en tant que telle, puisque les voleurs à la tire ne cherchent pas la confrontation, il insiste cependant sur la sécurisation de vos biens et documents administratifs (carte d’identité, de transports…) dont la perte représente toujours un véritable calvaire. Pour ne plus jamais qu’on vous fasse les poches, vous devez adapter votre comportement à votre activité et prévenir ce risque en amont en vous préparant à la possibilité de son apparition.

1) Les endroits et techniques privilégiés des pickpockets

Les pickpockets profitent généralement de la forte densité d’un lieu pour accentuer la discrétion de leurs actions. Les endroits favorisant le confinement sont donc des zones sensibles où il vous faudra être extrêmement vigilant :

  • Les lieux touristiques : si vous habitez à Paris, c’est sans doute l’endroit où vous aurez le plus de chances d’être victime de ce genre de procédés. Les pickpockets se baladent dans les hauts lieux touristiques afin de faire les poches des visiteurs focalisés sur la beauté des monuments qu’ils découvrent. Le champ de Mars, les marches du Sacré Coeur, les Champs Élysées…représentent dans ce cadre, des endroits à risque. Les pickpockets profitent de regroupements de personnes pour tâter vos poches et ramasser tout ce qui pourrait l’être sans se faire remarquer. Attention donc aux files d’attente, aux visites guidées, ou aux places noires du monde. Car parmi ces visages se trouve sans doute celui d’une personne qui espère s’emparer de votre portefeuille ou de votre téléphone. Les techniques utilisées varient alors entre la classique main qui se dirige vers vos poches intérieures ou extérieures ou le « dos-à-dos » (le voleur prétend alors chercher quelque chose dans sa poche…alors qu’il effectue l’opération dans les vôtres !).
  • Les terrasses de cafés : ceux que l’on surnomme les « terrassiers » agissent d’une manière bien différente. Il en existe d’ailleurs trois sortes distinctes. On trouve tout d’abord ceux qui ne feront pas de détail et passeront devant votre table en courant et qui s’empareront de l’objet de leur convoitise (un sac ou un portefeuille laissé sur une table par exemple) puis les « manipulateurs ». Ces derniers utilisent des stratagèmes de distraction pour affaiblir votre niveau de vigilance. Sous couvert de la signature d’une prétendue pétition ou de la vente d’un journal (voire même d’une distribution gratuite), ils profitent de l’écran opposé à votre regard pour saisir l’objet se trouvant sur votre table qu’ils avaient préalablement repéré. Enfin, on pourra distinguer les « faux clients » qui viendront s’asseoir à proximité de votre table pour faire les poches de votre veste pendue au dossier de votre siège.
  • Les transports en commun : le métro parisien ou le RER sont eux aussi des lieux où les pickpockets agissent fréquemment. Il n’est pas rare en effet de trouver des rames bondées ou des touristes plus concentrés sur leur itinéraire que sur leurs effets personnels (on ne peut pas vraiment les blâmer, le métro pour les débutants, ce n’est vraiment pas évident). Le pire c’est que les transports en commun regorgent d’endroits stratégiques pour les pickpockets. Certains s’attaquent aux portillons d’entrée (prétendant ne pas voir de billet, ils sautent la barre métallique derrière vous, tout en vous faisant les poches), d’autres aux couloirs (notamment lors de regroupements de voyageurs s’attardant devant un musicien ou toute autre distraction), ou aux voitures elles-mêmes quand ces dernières sont pleines.

2) Les réflexes à adopter pour protéger vos effets personnels

Pour éviter qu’on ne retrouve votre portefeuille dans une poubelle, vidé de tout son contenu, vous devez avant même de sortir de chez vous, penser à cette possibilité et trouver le moyen de limiter l’accès à vos biens les plus importants.

  • Une accessibilité restreinte : pensez toujours à mettre votre portefeuille et votre portable dans des poches fermées et situées prés de votre corps, de manière à sentir en permanence leur contact sur ce dernier. Cela peut parfois être gênant, mais c’est bien moins difficile à voler que si vous placiez ces derniers dans votre poche arrière de jean’s, dans votre sac à dos, ou dans vos poches latérales. Il existe certaines protections qui peuvent s’avérer utiles, comme les chaines que vous pouvez accrocher à votre portefeuille (à condition que cette dernière soit très courte). Si vous avez de l’argent sur vous, essayez de ne pas tout mettre au même endroit, ce qui vous permettra un embarras moindre si on vous vole votre principale source de liquidités.
  • Une vigilance toujours accrue : si vous décidez de visiter un monument ou d’aller prendre un rafraichissement à la terrasse d’un café, gardez les yeux ouverts. Surveillez votre environnement et analysez les mouvements de la foule. Une personne qui se colle à vous le fait peut être avec de mauvaises intentions. Une fois installé sur un siège, ne laissez pas vos effets personnels en évidence. Votre portefeuille est rangé dans votre poche la moins accessible et votre sac est à vos pieds, avec la bandoulière attachée au pied de votre chaise. Ne sortez d’argent qu’au moment de payer l’addition et évitez de laisser quoi que ce soit dans votre veste accessible sur le dossier de votre siège.
  • La protection par le positionnement : où que vous soyez, vous pouvez limiter votre exposition aux pickpockets en prenant soin de vous positionner de manière à limiter l’apparition du danger. Ainsi, vous ferez face à la rue en terrasse (le café se trouvant donc derrière vous), vous vous adosserez à une paroi dans les transports en commun (de préférence à l’arrière du véhicule ou prés du chauffeur), et vous éviterez tant que faire se peut de vous retrouver en plein milieu de la foule en cas de regroupement d’individus. En marchant dans la rue, vous pouvez aussi longer les murs pour éviter bousculades ou mauvaises surprises. En ne laissant qu’un seul côté accessible, vous saurez d’où peut venir le danger !

Avec l’arrivée des beaux jours et le débarquement massif des touristes en France, l’été est la saison la plus prolifique pour les pickpockets. Mais maintenant, vous savez comment réagir !

,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Conseils en self-défense, sécurité personnelle et survie urbaine.