Les armes électriques de défense

Tous les lecteurs de ce blog ne sont pas des adeptes des arts martiaux ayant l’envie ou le temps de passer leur vie dans une salle de sport. Nombreuses sont les personnes qui se demandent si le recours à certaines armes est envisageable, à partir du moment où leur intégrité physique est en danger. Ne cherchant pas nécessairement à provoquer des blessures graves chez un assaillant, il est légitime de chercher des outils qui pourraient le neutraliser sans pour autant le placer en danger de mort. Les armes électriques, décrites comme «sublétales» ou incapacitantes semblent alors être une option. Mais qu’en est-il vraiment ? Sont-elles efficaces ? Quid de la législation dans ce domaine ? Petit tour d’horizon des questions que vous pouvez vous poser à ce sujet.

1) Les différents types d’armes électriques et leur utilisation

Il existe, comme vous pouvez vous en douter, plusieurs types d’armes à impulsions électriques. Ces dernières ont en commun le fait que le leur but n’est pas de blesser ou de provoquer la mort, mais d’agir comme un élément de neutralisation face à un agresseur potentiel.

Les stimuli électriques ainsi envoyés dans le corps d’un assaillant auront pour effet de provoquer une contraction musculaire incontrôlable causant une perte d’équilibre et une immobilisation qui pourra durer plusieurs minutes. Cette durée dépendant bien évidemment du voltage de l’arme utilisée.

  • Le « taser » ou pistolet à impulsions électriques : communément appelé « pistolet électrique » cette arme à projectiles est composée de deux électrodes reliées par un fil isolé. Lorsque les électrodes touchent la cible, le circuit électrique est complété et le pistolet déclenche une charge électrique qui affecte le système nerveux. La cible ne contrôle plus ses mouvements et perd l’équilibre, ce qui laisse tout le temps au tireur de se positionner au-dessus de lui pour finir de le maîtriser ou de prendre la fuite. Le pistolet électrique fait partie de l’attirail des forces de l’ordre qui l’utilisent notamment lors de combats rapprochés. En effet, sa portée n’excède pas une dizaine de mètres. Sa création fut justifiée par son moindre effet en termes de dommages corporels en comparaison avec les armes à feu.
  • Le stun-gun, matraque électrique ou poing électrique : Le stun-gun peut prendre trois formes différentes : celle d’une matraque (augmentant ainsi l’allonge de son porteur), d’une petite arme de poing appelée shocker, ou d’un poing américain (il recouvrira alors votre main). Une pression sur un déclencheur provoque l’apparition d’un arc électrique parfois suffisant à décourager un agresseur. La décharge électrique provoquée par le stun-gun est suffisante pour pénétrer à travers les vêtements de votre cible et l’immobiliser de la même manière que le ferait un pistolet à impulsions électriques. Le stun-gun se recharge sur une prise secteur traditionnelle. Le gros point noir reste cependant la nécessité d’établir un contact physique avec votre assaillant. Ces armes de combat sont là encore l’apanage des forces de l’ordre (notamment américaines) qui les utilisent dans le cadre de mouvements de foules.
  • Le stylo électrique : Petite arme de poing qui ressemble à un stylo-bille, le stylo électrique à l’avantage d’être discret et de pouvoir être facilement transportable. Il fonctionne de la même manière qu’une matraque électrique : une pression sur le bouton « on » provoquera un arc électrique qui immobilisera au sol votre adversaire. L’ingéniosité n’est pas que du côté des criminels ! Le stylo électrique est une petite trouvaille fonctionnant avec des piles au lithium qui vous permettra de surprendre un assaillant et de reprendre le contrôle de l’affrontement, à condition de parvenir à établir un contact physique avec votre agresseur.

2) La législation concernant les armes électriques

Même si on peut trouver les armes électriques en vente libre (en armureries ou en ligne), leur utilisation est très fortement réglementée. Ainsi, pour pouvoir s’en procurer une vous devrez bénéficier d’un port d’arme, voire d’une licence d’un stand de tir et prouver que vous êtes possesseur d’un coffre-fort (votre arme doit y séjourner).

Dans les faits, les forces de l’ordre restent plus ou moins souples face à l’application de cette loi. Si vous êtes contrôlé en possession d’une arme électrique, il vous faudra jouer sur la compréhension de l’agent vous faisant face. Expliquez-lui que vous la portez à titre préventif, et que vous ne vous en servirez qu’en dernier recours. Mieux vaut prévenir que guérir.

Les poursuites judiciaires envers les détenteurs de telles armes sont très rares, et reposent la plupart du temps plus sur la réticence face au contrôle que sur la possession en elle-même.

À la question les armes électriques sont-elles efficaces, nous répondrons donc clairement oui. Mais le problème reste ailleurs. En effet, si elles ont été conçues pour limiter les dommages physiques causés aux agresseurs elles peuvent être très dangereuses dans certains cas, voire mortelles, notamment si votre assaillant a des problèmes cardiaques, est victime d’épilepsie ou si vous visez son visage. Ces armes sont donc à manipuler avec précaution et à utiliser uniquement en cas d’extrême menace

5 réponses à Les armes électriques de défense

  1. Tazman 21 mars 2014 à 10:36 #

    Pour avoir posseder un poing electrique, et déjà eu recours à ça, sachez que votre cible, ne sentira pas grand chose. Il ne sera ni immobilisé, ni quoi que ce soit, une douleur, certe, mais rien qui pourra empecher un agresseur determiné. Preferez la lacrymogene, bien plus efficace.

    • Concorde 2 juillet 2014 à 16:40 #

      Quelle était la puissance en Volts de ton shocker ?
      Je ne suis pas tellement d’accord avec toi… Si la personne sur laquelle tu as utilisé ton poing électrique n’a « pas senti grand chose » c’est que tu avais un shocker pourri… Un arc électrique c’est pas rien.

      J’ai voulu confirmer ou pas ce que tu avances, bah en essayant le shocker une fois sur moi, et avec un jean, donc à travers le jean, je peux te dire que je vais pas recommencer à le tester, en appuyant même pas une seconde j’ai senti une énorme douleur au niveau de la jambe à tel point que j’ai fais valser le shocker sous un meuble tellement c’est efficace.

      Donc, après si tu es tombé sur un shocker en carton, en tout cas j’ai commander le mien sur un site fiable, une armurerie en ligne, avec une bonne marque française et j’en suis pas déçu. J’espère juste à ne jamais devoir m’en servir car cela reste une arme, pas sans danger et ce n’est pas un jouet.

  2. tony 5 août 2014 à 23:21 #

    Bonsoir,
    juste pour vous dire qu’il n’est nullement nécessaire de posséder un permis de port d’arme, de chasse ou une licence de tir pour se procurer un shocker électrique , la seule obligation étant de prouver sa majorité .
    En revanche, le port est bel et bien interdit.
    J’ajoute aussi que certains stocker (boitier) fonctionne également grâce aux piles au lithium, pas seulement le stylo.
    Concernant les matraques électriques, plus elle est longue, plus elle perd en puissance, mais aura l’avantage de tenir un peu plus l’agresseur à distance.
    Il existe aussi des modèles en lampe torche, qui possède donc une forte luminosité (80 lumens)

  3. tony 5 août 2014 à 23:34 #

     » Les poursuites judiciaires envers les détenteurs de telles armes sont très rares »
    Oui, mais elle existent, et si vous connaissez la loi française en terme de légitime défense, autant vous dire que c’est perdu d’avance.
    La riposte doit être proportionnelle à l’attaque engendrée et utilisée seulement si votre intégrité physique ou celle d’une personne se trouve en danger imminent.
    Vous devez intervenir quasiment au même moment , pour parer le coup de votre agresseur.
    De plus, vos actes doivent uniquement servir à vous sortir d’une situation d’agression, le but n’etant pas d »achever » votre agresseur.
    Tout coup porté apres avoir mis votre vie et/ou celles des autres en sécurité sera considéré comme vengeance.. Bienvenue dans le pays ou les delinquants sont les victimes…

  4. plop 12 août 2014 à 10:05 #

    « Ainsi, pour pouvoir s’en procurer une vous devrez bénéficier d’un port d’arme, voire d’une licence d’un stand de tir et prouver que vous êtes possesseur d’un coffre-fort (votre arme doit y séjourner). »

    pratique pour s’auto défendre dans la rue

Laisser un commentaire

Conseils en self-défense, sécurité personnelle et survie urbaine.